AU CŒUR DES ANDES : LE PÉROU

Le lac Titicaca : l’île de Ticonata

 

C’est un voyage en immersion au cœur de l’Amérique du Sud que nous avons fait, pour y découvrir à la fois la culture andine dans les endroits les plus reculés, les paysages à couper le souffle qui bordent chaque chemin, et les vestiges précolombiens un peu partout…

Nous n’avions que deux semaines à passer sur place pour faire notre périple dans cette partie du monde qui nous attirait comme des aimants. Alors en préparant ce voyage, il nous a fallu faire des choix. Et pour nous, trois sites étaient incontournables :

  • le Machu Picchu au Pérou
  • les grands espaces du Salar d’Uyuni et du Sud-Lipez en Bolivie
  • le lac Titicaca de part et d’autre de la frontière entre les deux pays.

Outre ces trois sites, nous avons quand même pu flâner un peu partout au fil du parcours : à Lima et Cuzco au Pérou, ou encore à La Paz et Tiwanaku en Bolivie…

Une foule d’autres sites nous attiraient mais si nous manquions de temps pour en faire plus, c’est aussi parce que dans cette région du monde, un certain nombre de paramètres allongent les temps de trajets : l’acclimatation à l’altitude, les routes sinueuses des montagnes, ou encore les distances relativement longues (la superficie du Pérou et celle de la Bolivie représentent chacune le double de celle de la France)…

 

 


LIMA

Pour rejoindre notre première étape péruvienne, le mythique Machu Picchu, il nous faut passer par la ville de Cuzco. Ça tombe bien, elle est dotée d’un aéroport international. Mais le problème, c’est qu’elle est située à 3400 mètres d’altitude, soit l’équivalent du plus haut sommet des Pyrénées, rien que ça ! Or, si nous descendons directement de l’avion à cette altitude-là, il y a de fortes chances que nous soyons atteints par le fameux « sorroche », ce mal typique des montagnes.

C’est pourquoi nous avons préféré prendre un vol pour Lima, qui est située au niveau de la mer. De là, nous ferons quelques 21h30 de bus pour rejoindre Cuzco. Du moins en théorie, car le trajet durera finalement un peu plus de 25 heures… Le but de ce long voyage est de monter progressivement en altitude, afin de nous y accoutumer peu à peu et de résister ainsi au sorroche.

En attendant de prendre ce fameux bus, nous avons une demi-journée devant nous pour visiter un peu la capitale péruvienne. Au moment de quitter l’hôtel, la personne de l’accueil nous met directement dans l’ambiance de cette partie du monde : elle nous apprend en effet que cette nuit, il y a eu un tremblement de terre assez fort non loin de Lima (5,1 sur l’échelle de Richter). Apparemment, beaucoup de gens l’ont ressenti mais pas nous, qui étions trop occupés à récupérer du long vol depuis la France ainsi que du décalage horaire.

Notre hôtel étant situé à proximité immédiate de la basilique et du monastère Saint-François-d’Assise, c’est là que nous faisons notre première halte.

Cet édifice religieux abrite aussi les catacombes. Des milliers d’ossements y sont exposés, dans des souterrains sombres et exigus : comme toujours dans ce genre d’endroit, les lieux nous font frissonner.

Après la visite des catacombes, nous faisons un bref tour du centre-ville, où certaines ruelles sont bordées de belles bâtisses coloniales toutes plus colorées les unes que les autres.

 

Mais l’heure tourne et le départ pour Cuzco approche. Nous rejoignons donc la gare routière afin de monter dans le bus qui va nous faire traverser le pays en direction du Machu Picchu.

 

 

 

Le trajet en bus Lima – Cuzco

Ce bus à étage est un « super-cama », c’est-à-dire qu’il comporte des sièges larges, confortables et inclinables quasiment à l’horizontale. Nous qui allons y passer vingt-cinq heures, il nous fallait bien ce petit confort-là !

 

Le trajet Lima-Cuzco en bus, à travers les montagnes péruviennes

Si ce trajet est très long, il nous procure quand même un sacré avantage : nous pouvons admirer les superbes paysages péruviens tout en récupérant tranquillement du décalage horaire. Ce véritable marathon en bus n’est donc pas une mauvaise idée, d’autant que nous avons réservé les deux places de l’étage qui sont situées tout à l’avant, juste devant le pare-brise. Ainsi, non seulement nous avons un peu plus de place que les autres passagers, mais en plus nous pouvons dévorer des yeux les panoramas qui défilent tout au long du trajet : montagnes, petits villages etc.


CUZCO

C’est donc avec 3h30 de retard que nous débarquons enfin à Cuzco, sous une pluie battante. Nous qui avions déjà un timing assez serré, voilà qu’en plus le retard du bus nous rabote un peu le temps de visite prévu pour Cuzco. Mais ce n’est pas bien grave, nous ne nous attendions pas non plus à une ponctualité parfaite et de toute manière, nous sommes trop heureux de pouvoir enfin nous dégourdir un peu les jambes, surtout ici en terre Inca.

Nous rejoignons en taxi le Pantastico Bed and Bakery que nous avons réservé, une géniale petite auberge de jeunesse située à cinq ou dix minutes à pied du centre-ville. Notre petite chambre est accessible depuis l’étage de l’établissement par une étroite échelle de meunier. Du coup, elle nous offre une vue panoramique sur l’ancienne « capitale » de l’empire Inca et les montagnes qui la cernent.

Nous prenons à peine de le temps de poser nos sacs à dos dans la chambre et de faire un brin de toilette, puis nous partons à pied découvrir le cœur de la ville : la Plaza de Armas.

 

Évidemment, nous ne pouvons pas manquer la fameuse cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, bâtie par les conquistadors dès leur prise de la ville au 16e siècle, dans le but de faire triompher leur foi chrétienne et de l’imposer aux locaux.

Nous sommes déjà passés par là tout-à-l’heure en taxi et, comme à chaque fois qu’il passait devant une église, notre chauffeur se signait quatre ou cinq fois à la vitesse de l’éclair en marmonnant quelques paroles de croyant : cinq siècles plus tard, il semble bien que les conquistadors espagnols aient réussi leur entreprise de conversion forcée…

 

La cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption

 

Ça nous fait du bien de marcher un peu après ces vingt-cinq heures passées affalés dans le bus. Nous nous contentons donc de flâner dans les rues en prenant le pouls de la ville, et de finir la journée dans un bon petit resto local.

 

Le lendemain matin, nous rejoignons la gare ferroviaire de Cuzco. Nous avons réservé deux places dans le fameux train panoramique qui va nous faire traverser les Andes jusqu’à Aguas Calientes, notre prochaine étape.

Le train « Vistadome »

AGUAS CALIENTES

Nous aurions bien aimé faire un trek dans la vallée sacrée des Incas pour rallier Aguas Calientes mais ce n’était pas possible car nous manquions de temps. En plus, notre organisme n’est pas encore complètement acclimaté à l’altitude, et marcher longtemps aurait sans doute été trop éprouvant.

Aguas Calientes

Encastré dans les montagnes, ce petit village de moins de 2000 habitants est posé aux pieds du Machu Picchu, dont il est en quelque sorte l’incontournable « camp de base ».

Mais à part se délasser dans les eaux thermales (d’où le village tient son nom), il n’y a à peu près rien à voir ni à faire à Aguas Calientes : il y a beaucoup de touristes et donc beaucoup d’hôtels, de restos, de boutiques de souvenirs…

 

Il s’agit d’un village touristique, pas d’un village authentique. Il y a bien une petite église coloniale à découvrir ainsi que la statue de l’Inca Pachacutec, le fondateur du Machu Picchu, mais c’est à peu près tout.

  

La statue de Pachacutec

LE MACHU PICCHU

La ville est juste le point de départ quasi-obligé vers le Machu Picchu, ce fameux site inca où l’on se rend grâce à l’un des innombrables bus qui font le trajet quotidiennement. Ce fabuleux site archéologique n’ouvrant ses portes qu’à 6h00, le premier bus part vers 5h40.

Ainsi, quand nous arrivons au départ à 5h25, la file d’attente pour le bus est déjà si longue que nous n’en voyons même pas le bout ! Incroyable. Nous avions bien entendu parler de cette forte affluence mais nous ne pensions pas que c’était à ce point, qui plus est en période creuse (octobre). Combien sont-ils devant nous : cinq cents ? Six cents ?…

Heureusement, quelques dizaines de bus se succèdent sans relâche et au bout de près d’une heure d’attente, c’est enfin notre tour. Derrière nous patientent déjà autant de personnes qu’il y en avait devant nous une heure plus tôt. Impressionnant.

Pendant une bonne vingtaine de minutes, le bus monte sur une petite route en lacets. Arrivés en haut, nous descendons du bus et une fois l’entrée du site franchie, quelques lamas nous guident vers le premier gros objectif de notre périple andin : le Machu Picchu.

 

Dans un premier temps, pendant trois bonnes heures, Marie et moi arpentons l’ensemble de ce site mythique en savourant cette chance que nous avons de nous trouver dans un endroit pareil.

 

Si ce site a traversé les siècles sans bouger, c’est notamment grâce à des règles de construction d’exception : la façon de tailler les pierres pour qu’elles s’encastrent à la perfection les unes dans les autres, est impressionnante. Pourtant, elles sont si larges et épaisses que ce travail de taille a dû nécessiter une sacrée énergie.

 

Au cœur du site se trouve le fameux Temple du Soleil : il s’agit d’un gros rocher au sommet duquel a été construite une tour.

Cet ensemble surmonte une sorte de petite grotte où de fins travaux de sculptures ont été réalisés. On pense aujourd’hui qu’il s’agissait d’un mausolée où reposaient des momies, et où diverses cérémonies étaient organisées.

Après cette première visite avec Marie, je vais sortir du site afin de trouver un guide francophone à l’entrée puis retourner à l’intérieur de l’enceinte avec lui. En effet, je souhaite faire une vidéo de notre périple andin comportant quelques témoignages de locaux que nous rencontrerons au fil du voyage.

Revenu devant le guichet d’entrée, je demande au premier guide que je croise s’il est francophone. Ce n’est pas le cas mais il demande aussitôt à ses collègues qui l’entourent où se trouve un certain Alaïn (prononcé à l’espagnole, ça donne « Alahine »). On l’appelle pour me le présenter. Il a l’air très sympa et je lui expose mon projet de vidéo, auquel il adhère immédiatement avec un grand sourire.

Au cours de la marche qui nous emmène en face de la huitième merveille du monde, il m’explique que sa mère, lorsqu’elle était jeune, était une fan absolue d’Alain Delon. A sa naissance, c’est donc tout naturellement qu’elle voulut le prénommer « Alain Delon » ! Mais son mari s’y opposa (sans blague ?!), concédant quand même le prénom d’Alain qu’au Pérou, tout le monde prononce donc « Alahine ».

Alain, notre guide péruvien

Et pendant deux heures, Alain va nous emmener, d’une part dans les moindres recoins du Machu Picchu, et d’autre part dans un passionnant voyage à travers le temps.

Il nous explique pour commencer que, si le Machu Picchu fût construit ici, c’était dans le but d’unifier toutes les tribus de l’Amazonie.

Puis il poursuit : « Inca » signifie « Fils du Soleil« . L’Inca était considéré non pas comme un humain mais comme un Dieu. Lui et son peuple vénéraient le Soleil : quand le temps était gris, ils étaient tristes mais dès que le soleil brillait, eux aussi rayonnaient. Car ils savaient que tout allait pousser : la végétation, les plantes et bien sûr tous les fruits et légumes dont ils avaient besoin.

Petite sieste au milieu de ruines précolombiennes

Puis c’est sans transition que je questionne Alain sur les sacrifices humains que pratiquaient les incas. Il me répond que contrairement à une idée reçue, ces sacrifices n’étaient pas violents : ils se déroulaient paisiblement.

Quand un enfant naissait un jour spécial (jour de solstice, de tremblement de terre etc.), on considérait qu’il ne venait pas de ce monde. On l’éduquait en lui expliquant que ses parents l’attendaient là-haut, dans le monde du ciel et des Dieux. Et que pour aller les rejoindre, il était nécessaire de le sacrifier. On lui faisait donc mâcher de la coca fraîche qui, contrairement à la coca sèche, possède des vertus anesthésiantes.

Puis on emportait son corps, endormi mais vivant, au cours de grandes processions dans la montagne et les glaciers, lesquelles pouvaient réunir jusqu’à 15.000 personnes.

Le Putucusi vu depuis le Machu Picchu

Une fois là-haut, on abandonnait son corps après l’avoir recouvert de pierres et de neige, et il s’endormait pour toujours, pour ne jamais plus se réveiller…

C’est sur cette histoire d’un autre temps que nous quittons les lieux, sous les brefs rayons de ce soleil si cher aux incas.


LE LAC TITICACA

De retour dans notre auberge de jeunesse à Cuzco, notre petite chambre d’altitude et son simple vitrage nous réservent une nuit glaciale.

Le lendemain, toujours à cause du manque de temps, c’est en avion que nous allons faire le trajet entre Cuzco et Puno. Cette ville est posée sur la côte occidentale du lac Titicaca, notre prochaine étape. Nous regrettons un peu de ne pas avoir le temps de faire le trajet entre les deux cités en bus, car le paysage est paraît-il magnifique. Mais d’un autre côté, il tombe de tels abats d’eau au moment où nous quittons Cuzco que finalement, nous n’allons peut-être pas rater grand-chose…

Le lac Titicaca, dominé au loin par la Cordillère des Andes

Le vol passe rapidement et après l’atterrissage, nous rencontrons Beto, un chauffeur dont nous avions réservé les services depuis la France, via Tout Pérou. Il s’agit d’une petite agence qui se présente comme un réseau solidaire, et qui organise des voyages très personnalisés à travers tout le pays, souvent hors des sentiers battus. Nous nous étions adressés à eux pour qu’ils réalisent l’impossible : nous organiser un séjour d’à peine vingt-quatre heures sur la petite île non touristique de Ticonata, en plein lac Titicaca.

De même que de nombreux voyageurs, nous avions initialement prévu de découvrir les fameuses îles flottantes des indiens Uros, qui sont construites avec les roseaux du Titicaca : la totora. Mais il se trouve qu’elles sont envahies par les touristes, et qu’elles sont donc totalement dénuées d’authenticité : ce n’est pas ce que nous recherchons.

Les autres îles du lac, solidement ancrées au fond celles-là, sont réputées pour leur beauté : Amantani et Taquile côté Pérou, l’Isla del Sol côté Bolivie. Mais si la densité de touristes n’y est pas énorme, elle n’est pas négligeable non plus. C’est pourquoi nous avons choisi celle de Ticonata, au moins aussi belle mais beaucoup moins connue, et donc très peu fréquentée.

Après nous avoir cueillis à l’aéroport, Beto nous emmène donc sans perdre de temps à Ccotos, face à notre petite île. A cet instant, il fait encore beau et l’eau du lac est d’un bleu profond.

Là, nous rencontrons Simon, le membre de la communauté qui vit sur l’île et qui va nous y emmener en barque. A part lui, l’endroit est à peu près désert et nous avons déjà l’impression d’être au bout du monde.

Mais nos premiers ennuis – et pas les derniers – commencent lorsque Simon ne réussit pas à faire démarrer le petit moteur de la barque. A force d’insister, il en casse même la corde du démarreur. C’est donc à la rame, vent de face, que nous devons gagner Ticonata.

Simon ayant 64 ans, je l’aiderais volontiers à ramer. Mais Marie et moi avons beau nous être un peu habitués à l’altitude depuis notre arrivée à Cuzco il y a trois jours (3400 mètres), les 3800 mètres du Titicaca constituent quand même une montée supplémentaire qui se fait ressentir dans mon organisme : clairement, je ne me sens pas capable de ramer efficacement sur cette petite barque. Ainsi, sans moteur, le trajet va durer plus d’une demi-heure au lieu de dix petites minutes.

Mais dans le même temps, la météo change brusquement. Le ciel devient noir, l’eau du lac aussi. La pluie fait son apparition, puis tombe de plus en plus fort. Simon nous tend une vieille bâche pour nous protéger, mais elle est percée partout et a l’efficacité d’une passoire. Les éclairs commencent à transpercer le ciel au loin, puis se rapprochent peu à peu, à grands coups de tonnerre. Le vent se lève et la « mer » se creuse de plus en plus. Quelques mètres au-dessus de nos têtes voltige une poignée de mouettes qui, nous prenant pour des pêcheurs, nous quémandent du poisson en hurlant.

Bien qu’égarés au beau milieu du lac Titicaca, saoulés par le vent et détrempés par le ciel andin qui se vide sur nous, Marie et moi avons le sourire aux lèvres : nous sommes heureux parce que ces conditions dantesques dans cet endroit mythique achèvent de rendre ce moment inoubliable.

Ticonata juste après l’orage

C’est donc sous une pluie battante que nous posons enfin les pieds sur Ticonata. Mais gagner les quelques habitations de l’île se mérite car notre chemin de croix n’est pas terminé : il nous faut encore gravir une colline à pied pendant une dizaine de minutes, chargés de nos sacs à dos de vingt kilos. A cette occasion d’ailleurs, Marie m’épate. L’adversité ne la ralentit pas, elle ne se plaint pas un instant et fait face, bien que trempée jusqu’aux os. Je dois dire que je suis assez fier d’elle.

C’est donc à l’état liquide que nous arrivons enfin dans la salle commune de l’île où nous attend Mariano, un septuagénaire en pleine forme. La soupe chaude qu’il nous a préparée est simple mais tellement régénérante.

Nous pouvons enfin discuter avec nos hôtes. Comme tant d’autres dans cette région du Pérou, ils sont Quechuas et descendent donc des Incas. Mais contrairement à la plupart d’entre eux, ils parlent espagnol, ce qui nous permet de communiquer. La petite communauté qui vit ici ne compte qu’une quinzaine d’habitants, et ils ont monté une petite association qui leur permet d’accueillir les quelques baroudeurs de passage tout au long de l’année.

Lorsque nous nous risquons à remettre le nez dehors, la pluie a enfin cessé et le soleil tente péniblement de reprendre ses droits avant la tombée de la nuit.

Simon et Mariano nous expliquent que nos deux jours de présence sur l’île coïncident avec la fête annuelle du petit village situé juste en face, sur le continent. A cette occasion que pas un local ne veut rater, Ticonata s’est donc vidée de ses quelques habitants, à l’exception de Simon et Mariano, restés pour nous recevoir.

Certes, nous regrettons de ne pas pouvoir rencontrer les autres habitants. Mais d’un autre côté, nous avons droit à une île du Titicaca rien que pour nous, ce qui est tout simplement exceptionnel, et c’est sans doute un peu égoïstement que nous savourons cette aubaine.

Nous rentrons pour dîner avec nos hôtes, et nous passons une partie de la soirée à discuter tous les quatre de la vie sur Ticonata : la pêche, l’agriculture, leurs ancêtres, la vie quotidienne en harmonie avec la nature, la rudesse du climat etc. Un moment d’échanges et de découvertes comme nous les aimons.

C’est surtout le lendemain matin que nous allons pouvoir découvrir la beauté des lieux, dès les premiers rayons du soleil et quasiment sans nuages cette fois.

Isla Ticonata : la Puerta del Sol

Le temps est aussi beau maintenant qu’il était maussade hier lors de notre arrivée. Nous pouvons mieux voir à quoi ressemblent les petites maisons rondes typiques de Ticonata, dont celle où nous venons de passer la nuit.

 

Depuis ce village particulièrement dépaysant, on aperçoit les eaux bleues du Titicaca et encore plus loin, la Cordillère des Andes. Pour nous, l’endroit est magique.

Ces maisons rondes sont une tradition depuis longtemps. Ici et là subsistent les vestiges des plus anciennes, qui datent d’il y a plus de 3000 ans.

A part nous, la petite île est entièrement déserte et nous nous sentons tellement privilégiés d’être là… Nous savourons donc comme il se doit ce moment unique.

 

 

Nous retournons aux habitations pour prendre avec Simon et Mariano le petit déjeuner qu’ils nous ont préparé, avec les traditionnelles feuilles de coca qui, sèches, permettent de lutter contre les effets de l’altitude.

Comme hier, nous discutons un long moment avec eux.

 

Comme souvent dans ce genre d’endroits reculés, ils vivent en harmonie totale avec la nature. Ils nous montrent quelques exemples de « pharmacie » 100% naturelle qu’ils utilisent pour se soigner, comme cette jolie petite fleur orangée, omniprésente sur l’île, qu’ils consomment pour faire baisser la fièvre.

Pendant le petit déjeuner, nous avions dit à Simon et Mariano que s’ils étaient d’accord, nous souhaitions prendre encore quelques photos d’eux avant de partir. Nous n’avions pas remarqué que Mariano s’était alors discrètement éclipsé. Et c’est quand le moment vient pour nous de quitter notre petit paradis de Ticonata qu’il réapparaît comme par enchantement.

Dans un grand éclat de rire et avec l’œil malicieux d’un enfant, notre septuagénaire nous explique être rapidement allé se changer pour revêtir ses plus beaux habits, simplement pour faire honneur à nos photos !

Merci Mariano pour ce clin d’œil si sympa.

Le Titicaca constituait la dernière étape de notre périple au Pérou. Nous quittons donc Ticonata qui restera gravée dans nos mémoires, afin de gagner la Bolivie toute proche.

Avec sa barque dont il a passé une partie de la matinée à réparer le moteur, Simon nous dépose sur la jolie petite plage de Chiffron. Une poignée de maisons sont posées sur le sable, face au lac.

Là, nous prenons le temps de discuter avec l’une des familles qui y vivent, avant de prendre la direction de la frontière bolivienne toute proche…

La petite Cynthia devant sa maison, sur les rives du lac Titicaca

 

 

Suite et fin de notre périple andin : la Bolivie

 


  • Résumé vidéo (3 mn) : en immersion au cœur des Andes (Pérou et Bolivie)…

 

 


INFOS PRATIQUES PÉROU


« TOUT PÉROU » : RÉSEAU SOLIDAIRE OU AGENCE DE VOYAGES DÉGUISÉE ?

Tout Pérou se présente comme un réseau solidaire francophone qui permet aux voyageurs se rendant au Pérou de trouver une mine d’infos sur son site Internet (Tout Pérou), via notamment le forum.

On peut rencontrer l’équipe sur place afin de glaner quelques tuyaux et, moyennant des cartes payantes (100$ ou 150$), on peut bénéficier d’un certain nombre de services.

Certains considèrent qu’il s’agit simplement d’une agence de voyages qui fonctionne différemment des autres.

Pour notre part, nous avons découvert Tout Pérou juste avant notre périple, donc trop tard. Et comme nous voulions absolument nous rendre sur le lac Titicaca en dehors des sentiers battus (c’est-à-dire hors des îles très prisées d’Amantani, Taquile et Isla del Sol, jolies mais trop fréquentées à notre goût, sans compter les îles flottantes des Uros), nous avons craqué au dernier moment pour la carte à 100 $. Nous ne l’avons finalement pas regretté.

Car Tout Pérou a tout organisé (transferts en voiture et nuitée chez l’habitant) pour que nous nous rendions sur la délicieuse petite île de Ticonata, qui s’est avérée littéralement déserte. Comme nous manquions cruellement de temps pour organiser cette halte nous-mêmes, ce service clé-en-mains, dont nous ne raffolons pas d’habitude, s’est pour une fois avéré idéal.

En outre, Tout Pérou nous a transmis une liste d’hébergements un peu partout au Pérou, a assuré nos transferts de/vers l’aéroport de Lima, nous a prêté un téléphone avec une carte etc.

 


TRANSPORT EN BUS

LIMA – CUZCO

Parmi les différentes compagnies qui assurent cette liaison, nous avons opté pour Cruz del Sur. Elles offrent à peu près toutes les mêmes niveaux de confort, soit en gros : le bus basique et inconfortable / le bus semi-cama avec siège partiellement inclinable mais pas beaucoup mieux que le précédent / et le bus super cama, c’est-à-dire avec un siège large et confortable quasiment transformable en lit.

Ce dernier bus est donc le top et c’est celui que nous avons choisi en prévision du long voyage qui nous attendait : 21h30 de trajet en théorie, 25h00 en réalité.

  • Prix : 52$ par personne, repas compris. 3 arrêts : Ica, Nazca, Abancay.

Le bon plan : quand on réserve son billet, forcément à l’avance et sur internet, on peut choisir sa place (via un plan du bus en ligne). Il faut prendre les premières places, situées à l’étage devant le pare-brise. L’avantage est double : ce sont les trois places les plus spacieuses de tout le bus, et elles offrent une vue panoramique sur la route et le paysage, ce qui fait passer le temps beaucoup plus vite. Les vitres teintées et leurs rideaux efficaces empêchent toute gêne lumineuse.

AGUAS CALIENTES – MACHU PICCHU

Il y a deux solutions pour monter d’Aguas Calientes au Machu Picchu : le bus ou les jambes. Nous avons choisi la première malgré son prix élevé au vu du trajet (24$ par personne). Mais elle permet d’arriver relativement tôt alors qu’à pied… Le billet s’achète sur place (à côté d’une maquette de bus d’un mètre de long, à côté de la rivière qui traverse le village, et à peu près en face de l’inscription en photo ci-dessous) et l’acheter la veille fait gagner du temps, vu la foule.

 


TRANSPORT EN TRAIN

CUZCO – AGUAS CALIENTES (MACHU PICCHU)

Si l’on ne veut pas faire le fameux trek du Chemin de l’Inca pour rejoindre le Machu Picchu, on peut rallier la mythique Cité Inca en bus ou en train depuis Cuzco.

Pour le train, les deux compagnies concurrentes, Peru Rail et Inca Rail, offrent chacune trois prestations similaires. Nous avons choisi la formule intermédiaire de Peru Rail malgré son prix élevé : on avait lu sur le net 65 euros aller simple, ce fût 80 ! Bon, ce train panoramique appelé Vistadome car vitré du sol au plafond, permet d’avoir une belle vue sur les Andes pendant tout le trajet, même si ça ne justifie pas tout le prix.

Le train Vistadome, depuis un siège

.


LE BILLET D’ENTRÉE AU MACHU PICCHU

Pour faire face à la détérioration lente mais sûre de ce fabuleux site, les autorités péruviennes en ont limité l’accès en 2011 à 2.500 visiteurs quotidiens. Aujourd’hui, le quota est passé à 3.300 chanceux par jour, mais pas un de plus. Autant dire qu’il faut réserver son billet à l’avance si l’on ne veut pas rater cette merveille.

Et là, le parcours du combattant commence. Il faut réserver sur Internet via le site de Machupicchu Terra : Billet Machu Picchu  sur lequel on peut vérifier les disponibilités avant de réserver.

Le Machu Picchu se visite selon quatre formules : soit le site seul (70$), soit combiné avec le Huayna Picchu (86$), avec la Montagne (86$) ou avec le musée (77$). Dopés par le succès, ces prix augmentent chaque année…

Le Huayna Picchu est le « pain de sucre » visible sur toutes les photos juste derrière le site, son ascension plus ou moins ardue dure deux heures. La Montagne, plus accessible, est à l’opposé.

Pour réserver ses billets, il faut remplir le formulaire de contact (onglet « nous contacter » de leur site), puis attendre la réponse (très rapide) indiquant les modalités de paiement.

S’il est frustrant de ne pas pouvoir tout réserver directement en quelques clics, il faut reconnaître quand même que cette organisation fonctionne bien et rapidement.

Pour tout renseignement, on peut les contacter sur

 info@ticketmachupicchu.com

  • OBLIGATOIRE depuis juillet 2017 : on ne peut plus, en théorie, entrer sur le site du Machu Picchu sans guide. Si on n’en a pas prévu un à l’avance, ceux qui sont disponibles attendent les clients devant l’entrée du site.

HÉBERGEMENT

LIMA

Hôtel España (Jiron Azangaro 105, Lima 51). Il est idéalement situé en plein centre-ville, vaste et richement décoré. A tel point qu’on ne sait plus trop si on est dans un hôtel ou un musée :

  

La terrasse, aussi agréable qu’étonnante, est un havre de paix avec beaucoup de verdure et quelques animaux : paons, tortues, perroquets…

Paon en terrasse
  • Prix : 62 soles péruviens (soit 16 euros au moment de notre venue).
CUZCO

Hôtel Pantastico Bed and Bakery, l’un de nos coups de coeur (adresse : Carmen Bajo 226, San Blas, Cuzco). C’est une petite auberge de jeunesse située à proximité du centre-ville. L’accueil y est très chaleureux.

  • Prix : à partir de 20$, très bon petit déjeuner inclus. Notre chambre double à 40$ comprenait également une douche privée et avait une jolie vue sur Cuzco (notamment illuminée la nuit), ainsi que sur les montagnes qui la cernent.
Depuis le Pantastico Bed and Bakery
AGUAS CALIENTES

Dans le petit village d’Aguas Calientes, les 1.600 habitants sont moins nombreux que les touristes quotidiens. Sous ses airs de camp de base du Machu Picchu, on y trouve essentiellement des hôtels, des restos et des boutiques de souvenirs.

Nous sommes descendus à l’hôtel Ferre, histoire de profiter d’un hébergement confortable avec douche avant les quelques jours très roots qui allaient s’en suivre. Les chambres ont une jolie vue sur la rivière en contrebas et l’accueil est très bon.

  • Prix : à partir de 65$ la chambre pour deux, petit déjeuner inclus.
TICONATA (LAC TITICACA) CHEZ L’HABITANT

Nous n’allons pas marcher sur les plate-bandes de Tout Pérou. Pour se rendre sur Ticonata, le mieux est donc de passer par leur intermédiaire (cf. ci-dessus). Ou de tenter directement sa chance sur place mais dans ce cas, il faut prévoir un moyen de faire la traversée en bateau…

Ticonata, petit déjeuner chez l’habitant

En tout cas une chose est sûre, passer du temps sur cette île, au milieu de ses habitants et loin des sentiers battus est un vrai plaisir.



Lire aussi :

 

INDONÉSIE : les merveilles de Java, Flores et Komodo

 

Coup de cœur : le Nicaragua