LA CROATIE

Split

L’été, la Croatie se transforme en véritable aimant à touristes. Pour cette destination, une fois n’est pas coutume, nous avons donc emprunté les chemins touristiques les plus fréquentés et finalement, nous ne l’avons pas regretté.

Au sommaire de notre périple :

  • Les chutes de Plitvice, petite merveille de la nature nichée dans la Croatie intérieure.
  • La ville d’Omis, agréable station balnéaire qui s’est révélée notre coup de coeur.
  • Dubrovnik, la perle de l’Adriatique.
  • Vis, la plus authentique des petites îles croates.
  • Split, étonnante cité ouverte sur la mer, à la fois chargée d’histoire et tellement contemporaine.

 


LES CHUTES DE PLITVICE


Le Parc National des lacs de Plitvice est classé par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité. Il est situé dans un joli cadre de montagnes verdoyantes.

La forêt qui recouvre ce relief tourmenté présente des trouées ça et là : ce sont les fameux lacs de Plitvice, de couleur vert émeraude.

Au nombre de seize, ils sont disposés en escaliers. Les chutes d’eau sont le moyen qu’a trouvé la nature pour que chaque lac, en débordant, alimente le suivant situé juste en dessous.

Le jour de notre visite, la nature en question ne se montre pas clémente avec nous puisqu’elle nous accueille par un véritable déluge. Nous ne pouvons donc pas profiter pleinement de la beauté du site.

Mais malgré la pluie, la balade est particulièrement agréable : on marche sur des passerelles en bois qui semblent posées sur l’eau, dans un cadre éclatant de verdure.

Le paysage n’est pas très varié et pourtant, les chutes ne sont jamais identiques.

Après une demi-journée passée sous la pluie mais à marcher sur l’eau, nous quittons ce site en sachant que le soleil nous attend sur la côte, dans la petite ville d’Omis.

 


OMIS


Plitvice et Dubrovnik étant distantes de près de cinq cents kilomètres, nous avons prévu une halte entre les deux, à Omis. Située au sud de Split, cette petite ville séduit à la fois par sa situation, sa douceur de vivre et son arrière-pays.

Omis est nichée sur les flancs de la montagne qui borde la mer. Ainsi, où qu’on se trouve, on a presque toujours une belle vue dégagée.

Depuis la vieille ville, un petit escalier serpente entre les maisons pour déboucher sur les ruines d’une citadelle vénitienne, d’où la vue est imprenable.

Difficile de croire qu’il y a quelques siècles, à l’époque vénitienne, ce petit port paisible était un repaire de pirates.

De l’autre côté de la montagne, les amoureux de la nature trouvent leur compte dans le Parc Naturel du Biokovo.

Cet ensemble géologique de premier ordre est constitué de forêts, de grottes et de galeries. Y vit une faune exceptionnelle où les loups, les chamois et les aigles royaux se volent la vedette.

C’est dans cet environnement naturel que coule la Cetina, petite rivière tranquille sur laquelle on peut faire du rafting.

La Cetina ne présente aucune difficulté, c’est pourquoi les descentes en raft se déroulent dans un cadre familial plutôt que sportif.

Quelques mini-rapides ponctuels permettent de pimenter un peu la sortie et de l’agrémenter de quelques fous-rires.

De retour à Omis, nous prenons un dernier bain dans une eau relativement froide, comme souvent en Croatie, avant de mettre le cap sur la fameuse Perle de l’Adriatique.

 


DUBROVNIK


Ce qui surprend d’emblée quand on se rend à Dubrovnik par la route qui longe la côte, c’est que la Croatie est littéralement coupée en deux par la Bosnie-Herzégovine. Cette dernière dispose en effet d’un petit accès incongru à la mer, long d’une dizaine de kilomètres, qui sépare la Croatie en deux parties bien distinctes. Le passage de la frontière est donc inévitable.

Bosnie-Herzégovine : la ville de Neum

 

Après cette escapade, courte mais obligée, en dehors de l’Union Européenne, seuls soixante kilomètres en direction du sud nous séparent de Dubrovnik. Et une fois arrivés, nous constatons que la Perle de l’Adriatique porte bien son surnom.

La ville a du mérite de pouvoir aujourd’hui encore étaler ses richesses historiques, car elle fût sévèrement endommagée à deux reprises au cours du passé : par un tremblement de terre au 17e siècle, puis par la guerre à la fin du 20e.

.

.

Bien évidemment, le tourisme de masse est de mise en ce site incontournable, surtout l’été. Pourtant, il fait bon déambuler dans ses ruelles chargées d’histoire.

Enfin, on ne peut pas visiter Dubrovnik sans en faire le tour par ses fameux remparts. On découvre alors la ville d’en haut sous un soleil de plomb, toujours avec une vue sur la mer en arrière-plan.

Une fois la visite de la ville effectuée de l’intérieur, nous décidons de la voir sous un jour nouveau et original : depuis un canoë kayak.

Les loueurs de kayaks se font concurrence et on n’a donc que l’embarras du choix pour préparer cette petite découverte insolite de la ville.

Les formules sont souples : on peut louer des kayaks à l’heure ou à la demi-journée, ou encore choisir l’excursion de groupe à la journée. Dans ce cas, on fait le tour de la petite île de Lokrum à la rame, où l’on pénètre dans des grottes dont l’eau est d’un vert profond. Puis on rejoint la côte, où nous attend une plage agrémentée elle aussi d’une grotte, et où l’on alterne baignades et casse-croûte.

Et c’est au retour qu’on peut le mieux admirer les remparts depuis la Grande Bleue.

 


L’ÎLE DE VIS


Choisir une île croate parmi les 1.100 qui émergent de l’Adriatique est un moment agréable, car chacune d’entre elles rivalise d’efforts pour attirer les visiteurs. Nous avons jeté notre dévolu sur l’une des plus éloignées de la côte croate, ce qui en fait donc aussi l’une des moins fréquentées : Vis.


LES VILLAGES DE VIS ET KOMIZA

Mais cet éloignement n’explique pas tout puisque Vis a de toute manière toujours su cultiver sa discrétion. C’est ainsi que pendant la seconde guerre mondiale, le maréchal Tito échappa aux nazis en se cachant dans l’une des grottes de l’île.

Puis Vis devint une base militaire secrète, si bien que c’est seulement dans la deuxième moitié des années 1990, après l’indépendance de la Croatie, qu’elle fût enfin ouverte au tourisme. Depuis, ce dernier ne se développe que lentement, ce qui explique que Vis soit l’une des rares îles croates à avoir su garder toute son authenticité.

Le petit port de Komiza

Les 3.000 habitants sont répartis dans les deux villages de l’île : Vis à l’est, plus animé car accueillant les ferries, et Komiza à l’ouest, animé aussi mais un peu plus préservé. C’est là que nous avons séjourné.

Komiza

 

Le front de mer tout autour du port est un quartier relativement animé, avec une multitude de restaurants, bars etc.

Les plages, bien que constituées de galets et assez fréquentées, sont très agréables. Notre préférée, celle de Kamenice, est agrémentée d’un bar extérieur qui fait office de boîte de nuit ouverte sur la mer une fois la nuit tombée.

La plage de Kamenice

 

Au sud se situe la plage sans doute la plus connue de l’île : celle de Stiniva. C’est aussi l’une des moins faciles d’accès, car on ne peut s’y rendre qu’en bateau, ou après une marche dans une descente assez raide au milieu des arbres et des rochers. Mais l’effort en vaut la peine, même si cette plage fermée par de petites falaises est très fréquentée en journée.

La plage de Stiniva

 

Dans la partie sud de Komiza, quelques maisons anciennes sont posées sur la petite plage de Lucica, et affrontent tous les soirs les derniers rayons du soleil.

La plage de Lucica

 

Entre deux plages, on peut nager dans de très agréables petites criques à peu près désertes, ou encore y pratiquer le snorkeling.

Enfin, il faut citer Green Cave (la Grotte Verte), accessible en bateau. Le plafond de cette grotte comporte un petit trou dans lequel s’engouffrent les rayons du soleil. Ils terminent leur course en transperçant l’eau de la grotte jusqu’au fond.

Green Cave

PLONGER AVEC UN CHAMPION DU MONDE

Faire de la plongée sous-marine avec un champion du monde d’apnée, c’est ce que nous avons fait à Vis !

En effet, l’un des clubs de plongée de l’île, le B24 Diving Center, est tenu par un croate, Veljano Zanki, qui fût champion du monde d’apnée il y a quelques années.

Après une première plongée à six mètres pour tester l’autonomie de Victor et Arthur, qui n’ont pas encore l’âge requis pour passer leurs diplômes, le champion nous emmène plonger sur une épave. Les enfants pourront descendre jusqu’à 12 mètres en gérant eux-mêmes leur matériel.

Par souci de sécurité sans doute injustifié, je préfère quand même les accompagner. Mais la plongée se passe évidemment très bien, et mes deux petits plongeurs sont émerveillés à la fois par la découverte de leur première épave, par la multitude de poissons qui nous entourent tout au long de la plongée… et par le fait d’être encadrés par un champion du monde à la fois modeste et très accessible.

 


LES ENVIRONS DE VIS : LA GROTTE BLEUE DE BISEVO

L’une des curiosités naturelles de la région se situe sur l’îlot voisin de Bisevo : Blue Cave (la Grotte Bleue). Après s’être acquitté d’un droit d’entrée, on y accède par une petite barque à moteur. Au fur et à mesure qu’on progresse à l’intérieur, la forte pénombre qui y règne est chassée peu à peu par la lumière bleue et irréelle qui provient du fond sous-marin.

Blue Cave

Il s’agit d’une entrée submergée par la mer, que la lumière traverse jusqu’à l’intérieur de la grotte, transmettant à cette dernière les couleurs de l’eau. On ne peut pas s’y baigner, mais la plongée sous-marine y est autorisée (et réglementée) hors saison.

 


SPLIT


La grande cité dalmate est un délicieux mélange de vestiges antiques et de palais vénitiens, dans l’ambiance décontractée d’une grande station balnéaire.


LES SITES HISTORIQUES

Les vestiges du palais de l’empereur romain Dioclétien occupent la partie la plus étonnante de la ville.

En effet, après être tombé en ruines au fil du temps, les habitants ont peu à peu construit leurs maisons à l’intérieur de ce fabuleux vestige antique, désormais à ciel ouvert. C’est ainsi qu’aujourd’hui, on compte de nombreuses maisons qui ont pour cloison… le mur du palais d’un empereur romain !

Dans l’enceinte du palais est située la cathédrale Saint-Domnius, l’un des principaux trésors historiques de la ville.

Car l’histoire de Split a également été marquée par la période de domination vénitienne. L’un des plus beaux vestiges parvenus jusqu’à nous est sans doute la place de la république.

 


LE MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

Le musée archéologique de la ville décrit l’histoire de la Croatie depuis l’Antiquité. Il comporte quelques pièces rares d’un grande valeur.

Sarcophage du IIIe siècle
Sarcophages du IVe siècle

 


L’HISTOIRE A TRAVERS… LE FOOT !

Dès la sortie du musée archéologique, c’est sans transition que nous emmenons nos fils visiter le stade de foot du Hajduk Split, l’équipe phare de la ville et du pays.

  

La petite plaque aposée à l’entrée du stade n’échappe pas aux  français que nous sommes : elle commémore l’incroyable record du monde du 4 x 100 mètres battu ici même en 1990, au nez et à la barbe des géants américains, par une équipe tricolore restée dans les annales du sport français.

Mais surtout, ce stade est l’antre du groupe de supporters « Torcida Split », dont les membres ont notamment joué un rôle important dans la guerre d’indépendance de la Croatie dans les années 1990.


  • Résumé vidéo (2 mn)…

 


INFOS PRATIQUES


TRANSPORTS

PASSAGE DE LA FRONTIÈRE BOSNIAQUE SUR LE TRAJET SPLIT-DUBROVNIK

La côte croate est interrompue sur dix kilomètres par la Bosnie-Herzégovine. Ainsi, pour aller par exemple de Split à Dubrovnik, le passage de cette frontière est obligatoire.

Nous sommes donc passés par cette douane à deux reprises et tout s’est déroulé sans problème, exactement comme tout le monde nous l’avait dit : cinq minutes de queue à l’aller avec un bref contrôle de nos passeports, et cinq secondes seulement au retour, le temps de dire « Dobar dan » (« bonjour ») au douanier, que notre politesse a eu l’air d’énerver et qui nous a immédiatement fait signe de rouler.

La côte de la Bosnie-Herzégovine coupe la Croatie en deux

A noter qu’avec une voiture de location, il faut indiquer au moment de la location si l’on compte visiter la Bosnie-Herzégovine, ou si l’on veut simplement la traverser pour rallier directement l’autre partie de la Croatie. Car en effet, les formalités ne sont pas les mêmes, ni les conséquences en cas de pépin (accident, vol etc.)


LIAISONS EN BATEAU ENTRE SPLIT ET LES ÎLES

La liaison Split – Île de Vis

Le port de Split est très actif, les îles nombreuses et les bateaux qui les desservent aussi. Il est donc possible et même facile, même en haute saison, d’acheter ses billets sur place un peu avant le départ du bateau, sur l’embarcadère. C’est ce que nous avons fait en plein mois d’août. Pour plus d’infos :

  • Si on fait la traversée en catamaran avec la compagnie Jadrolinija – Gat Sv. Duje bb, Split. +385.21.33.83.33 (ou 04 ou 05 à la fin). ag.split@jadrolinija.hr  jadrolinija.hr
  • Si on fait la traversée en ferry, il est impossible de réserver à l’avance. Compagnie Kriloget – Adresse : Kapetan Luka Kiosk – Gat Sv. Petra, ferry port, Split. +385.21.64.54.76  krilo.hr
Split – La flotte de la Jadrolinija en pleine activité

.

Liste des compagnies maritimes effectuant la traversée entre le continent et les îles : Croatia Ferries


ACTIVITÉS


VIS : CLUB DE PLONGÉE

Le B24 Diving Center est tenu par un local devenu champion du monde d’apnée : Veljano Zanki. Il est situé à la sortie du village de Komiza, sur la petite plage de Lucica.

Le matériel est récent donc en parfait état, du bateau aux blocs de plongée en passant par les combis etc.

  • Les prix : 30 euros la plongée, puis tarifs dégressifs jusqu’à 12 plongées.

Vidéo : les exploits de Veljano Zanki (-107 mètres en apnée !)


CHUTES DE PLITVICE

Bon à savoir : en haute saison, il faut si possible arriver aux guichets dès l’ouverture car il y a très peu de monde. Alors qu’en milieu de matinée, la file d’attente pour acheter les billets d’entrée mesure déjà plusieurs dizaines de mètres de long.


KAYAK A DUBROVNIK

Les loueurs de kayaks sont regroupés sous l’ancien fort, au pied de la forteresse nord de la vieille ville. Nous sommes passés par Adventure Dalmatia/Sea Kayaking Dubrovnik, qui propose également d’autres activités (scooter des mers, que nous avons également testé, etc.)

Bon à savoir : les kayaks bleus sont beaucoup plus lourds que les kayaks rouges, oranges ou jaunes : on se fatigue à ramer et on avance moins vite que tout le monde ! A éviter.


LA GROTTE BLEUE DE BISEVO

Bon à savoir : c’est en milieu de journée que la lumière est la plus belle dans la grotte. Du coup, il y a plus de monde et quelques dizaines de minutes d’attente l’été.

  • Le prix : 70 kunas par personne (moins de 10 euros) et 35 kunas de 6 à 12 ans.

.


HÉBERGEMENTS


HÉBERGEMENT A PLITVICE (RASTOVACA)

Chambres chez l’habitant : House Luketic – Rastovača 32/1, 53231 Rastovača.

Elles sont situées à 1,6 km des chutes de Plitvice, au bout d’une longue rue des deux côtés de laquelle toutes les maisons louent des chambres ! Le cadre est verdoyant, calme et reposant. Délicieux resto local (en fait cuisine familiale) situé juste en face. Bon accueil de la propriétaire, qui nous a raconté l’histoire glaçante de ce village et de cette maison, détruits pendant la guerre dans les années 1990.

  • Prix : 45 euros/nuit la chambre double.

HÉBERGEMENT A OMIS

Apartment Micmac – Fra Stjepana Vrlića 28, Omiš.

Cet appartement est une tuerie. Grand, design, fonctionnel et bien situé (à 3 minutes de la plage et 5 minutes du centre-ville), propriétaires accueillants, avec en prime un gros point fort : la vue depuis la petite terrasse.

La terrasse
  • Prix : 70 euros/nuit

Nous avons loué cet appartement quelques jours après sa mise en service. Il était donc à un prix défiant toute concurrence. Depuis, au vu de la forte demande dont il fait l’objet, il semblerait que le prix augmente régulièrement et en plus, il faut le réserver très longtemps à l’avance. Mais il en vaut tellement la peine (ça vaut ce que ça vaut mais : 9,9 / 10 sur Booking pour 70 clients ayant voté).

La vue depuis la terrasse

HÉBERGEMENT A DUBROVNIK
¤ Chez Nikola

Nova Mokosika, Dubrovacko – Neretvanska Zupanija 20236 (Ulica Marina Knezevica)

  • Points forts : petite maison avec terrasse verdoyante et belle vue. Tarif attractif.

  • Points faibles : situé à 20 minutes en bus de Dubrovnik, sur les hauteurs d’une cité qui ne conviendra pas à tout le monde. Nous n’avons pas de préjugés et nous n’avons rencontré aucun problème, mais cet environnement peut surprendre.
  • Prix : 77 euros/nuit

 

¤ TARIK PANORAMA

Majkovska 1, 20000 Dubrovnik

Maison entièrement dédiée à la location de chambres, située à Dubrovnik mais à plus de 20 minutes à pied du centre, avec des côtes et sous le soleil. Belle vue sur l’entrée du port depuis le balcon.

  •  Prix : 60 euros/nuit la chambre double.
La vue depuis Tarik Panorama, le matin et le soir


HÉBERGEMENT SUR L’ÎLE DE VIS

Private accomodation Raspudic – Matije Gupca26 – Vis

Petit appartement de 35 m2 en rez-de-chaussée dans un immeuble pas vraiment glamour mais pourtant très correct.

  • Points forts : situé à 5 minutes à pied de la jolie petite plage (de galets) de Kamenice, ainsi que du centre du village de Komiza.
  • Terrasse ombragée.
  • Prix : 60 euros/nuit.

N.B. A Komiza, il est possible de louer directement un hébergement sur place puisque lorsque nous sommes arrivés à Vis en plein mois d’août, nous avons vu pas mal de panneaux sur les maisons indiquant qu’il y avait encore pas mal de chambres à louer chez l’habitant.


HÉBERGEMENT A SPLIT

Private accomodation Raspudic – Tolstojeva 33, 21000 Split

Appartement transformé en chambres à louer, situé à 15 minutes à pied du port. Un concierge efficace est dans l’appartement 24/24 pour donner toutes les bonnes infos et toutes les bonnes adresses.

  • Prix : 46 euros/nuit la chambre double.

A lire aussi :
Dubaï
Malte